Attention: Vous utilisez une ancienne version d'Internet Explorer. Pour un affichage optimal, merci d’utiliser un navigateur plus récent : Google Chrome, Mozilla Firefox ou Microsoft Edge.

La facture énergétique annuelle des ménages français pourrait croître de +400 euros en 2022

04/03/2022
L’invasion de l’Ukraine par les forces armées russes aura-t-elle un impact sur les prix de l’énergie ? Si oui, quels impacts pour les ménages, mais également pour les finances publiques ? Les experts Euler Hermes répondent à ces questions dans leur dernière étude. Au sommaire :
  • L’invasion de l’Ukraine par les forces armées russes devrait engendrer une hausse des prix de l’énergie en Europe, déjà au plus haut depuis 2011. Selon Euler Hermes, une hausse de +30% de la facture énergétique est à prévoir en 2022, frappant particulièrement les ménages les plus modestes au Royaume-Uni et en Allemagne. Ainsi, la facture énergétique annuelle des ménages atteindra 3.400 euros en Allemagne (+500 euros par rapport aux estimations d’avant-crise), 3.000 euros au Royaume-Uni (+400 euros), 2.800 euros en France (+400 euros) et 2.000 euros en Italie (+300 euros) et en Espagne (+400 euros).
  • « Si l’on compare ces chiffres aux estimations d’avant-crise, cela représente une perte additionnelle de -2 points de revenu disponible pour les ménages britanniques, -1,5 point pour les ménages allemands, et -1 point pour les ménages français, italiens et espagnols. Dans le pire des cas, avec une coupe partielle de l’accès à l’énergie russe et une hausse des prix de +70%, le revenu disponible des ménages serait amputé de -2,5 points en moyenne en Europe. Dans le détail, cela représenterait une perte de plus de -4 points pour les ménages britanniques et allemands, et -3 points pour les ménages français », précise Ana Boata, Directrice de la recherche économique du Groupe Euler Hermes.
  • Pour plus de la moitié des ménages européens, l’excès d’épargne accumulé depuis début 2020 ne permettra pas de faire face à cette hausse de la facture énergétique. Sans soutien publique additionnel, la consommation des ménages pourrait ainsi diminuer. De quoi engendrer un impact sur la croissance du PIB de -0,6 point au Royaume-Uni, de -0,5 point en Allemagne et de -0,4 point en France, en Italie et en Espagne.
  • « S’ils veulent limiter l’impact de la crise ukrainienne sur leur croissance économique, les Etats n’auront d’autre choix que d’appliquer des mesures publiques de soutien aux ménages. Nous estimons qu’un soutien étatique de l’ordre de 20 Mds EUR serait nécessaire en Allemagne, de 17 Mds EUR en France et de 14 Mds EUR au Royaume-Uni », chiffre Ana Boata.

Vous souhaitez en savoir plus sur les conséquences de la crise ukrainienne pour les ménages européens? Vous avez besoin de plus d’explications concernant nos calculs ? Consultez notre étude dans son intégralité !